Devenir pilote ULM

Devenir pilote ULM, c’est accéder à 6 classes différentes pour répondre au maximum à vos attentes le tout dans le même cadre réglementaire. L’aviation certifiée ou ULM me direz-vous ? Peu importe le flacon tant qu’il y a l’ivresse … Parlons des différents flacons proposés par l’ULM.

Classe 1 :

Paramoteur est la classe ULM la plus abordable au niveau coût de l’heure de vol. Vous pouvez glisser votre paramoteur dans le coffre de la voiture, zvous déplacer et rejoindre vos compagnons de vol partout en Europe et pour vos vacances. Elle vous offre un panorama extraordinaire et une sensation de liberté inégalable dans le vol motorisé. 

Classe 2 :

Le pendulaire, une classe pionnière de l’ULM, est constitué d’une voilure rigide sous laquelle est généralement accroché un chariot motorisé. Elle vous permettra de pratiquer plus aisément l’activité à deux et dans les conditions plus venteuses car le pendulaire à une vitesse de croisière supérieure au paramoteur. 

Classe 3 :

Le Multiaxe est la classe la plus répandue dans le monde de l’ULM, elle peut s’apparenter à l’avion. Elle offre un spectre assez large dans le domaine de vol entre avion pour poser dans les champs, multiaxe en tube et toile de conception simple jusqu’à l’ULM de voyage avec pilote automatique et vitesse a 300km/h .

Classe 4 :

L’autogire est la classe qui, pour les néophytes, ressemble à l’hélicoptère. Cela n’a rien à voir sur le principe de vol juste la voiture tournante qui est pré lance avec le moteur et ensuite tourne avec le vent relatif. Le rotor tournant permet d’assouplir la turbulence et est idéal pour voler dans les régions venteuses. 

Classe 5 :

L’aerostat, ultra-leger, est un cousin de la montgolfière mais limité a 2 places. Plusieurs variantes sont possibles : motorisés en électrique ou thermique ou bien la forme d’un dirigeable. Malheureusement il est très peu répandu en France. 

Classe 6 :

La petite dernière classe du monde ULM est l’hélicoptère sous réglementation ULM. Il se veut plus léger que son cousin certifié et utilisant des matériaux plus moderne tel que le carbone. Le monde de l’ULM est large, c’est une aviation de loisir et de propriétaire +16 000 machines en France. 

Mon point de vue personnel :

Je conseille l’aviation certifiée pour les jeunes qui souhaitent avoir une carrière aéronautique et faire leurs PPL, mais en parallèle de faire de l’ULM. Il n’y a pas besoin de repasser un examen théorique mais seulement un examen pratique afin d’avoir une culture large et un plaisir de piloter des machines différentes et fantastiques. Pour les moins jeunes qui souhaitent se déplacer professionnellement, je conseille de faire de l’aviation certifiée, faire de l’IFR, avoir un ULM pour voler dans le bocal autour du terrain et se faire plaisir. En conclusion l’ULM est complémentaire et nous évoluons dans le même espace aérien sous les mêmes règles. 

Aurélien GANAYE

Leave Comment